entravee

Nue, entravée et l’âme
troublée
De son regard plein de désirs sans fin
Prisonnière comblée de ses liens
Sous ses coups, ma tendre peau zébrée
De tant d’envies enfin apaisée
Se tord sous les chaînes d’acier
A bout de souffle et le corps brisé
Je suis son pantin désarticulé
Dont il actionne les fils à son gré